Informed customers always save money by reading ipage hosting review and looking around for web hosting.

Qui est en ligne

Nous avons 9 invités en ligne

Ahmed Ould Hamza

Imprimer
Samedi, 27 Juillet 2013 21:30

La prochaine proie du système ?!

Payer 350 Millions d’UM  ou courir le risque d’une incarcération ! Telle est l’épée de Damoclès que l’IGE (Inspection générale d’Etat) suspendrait présentement sur la tête du président de la Communauté urbaine de Nouakchott (CUN), Ahmed Ould Hamza. Ce dernier a nié les faits qui lui sont reprochés. Son Conseil municipal lui a délivré un certificat de probité et une pétition est en circulation pour un maximum de signatures de soutiens. Pendant ce temps, la bataille judicaire semble se préparer avec la constitution d’un collectif d’avocats. Imperturbable, le maire le plus adulé de l’histoire communale en Mauritanie campe sur ses convictions et attend stoïquement la bourrasque.

«Mohamed Ould Abdel Aziz vient de revoir le dispositif de son échiquier, posé sur sa table de veille. Il s’apprête à lancer son cheval sur un nouveau roi : Ahmed Ould Hamza. Il n’a pas encore accompli ce geste fatidique qui a déjà renversé tant de «petits » rois, tous ces petits cousins qui lui ont si longtemps miroité leur succès alors qu’il trimait dans les bâtiments tristes de la sécurité présidentielle, s’il ne se confondait au néant à l’ombre tutélaire de Ould Taya.  Aujourd’hui que la providence le rend maître incontesté du pays, il compte leur faire ravaler leur sempiternelle arrogance. Avec son mentor Ely maîtrisé par une alchimie dont il est le seul à détenir le secret, il a déjà écrasé Ould Bouamatou, le chassant du pays. Aujourd’hui, c’est Ould Hamza qui est dans la visière, lui qui refuse de rentrer dans les rangs et continue à s’opposer ». Elucubrations d’un éclairé qui s’imagine un Ould Abdel Aziz plein de rancœur et de haine, ne cherchant qu’à se venger sur l’histoire et ses péripéties. Pour les porteurs d’une telle thèse, l’IGE serait l’instrument de prédilection que Mohamed Ould Abdel Aziz oriente insidieusement vers ses proies. Comme la CUN fait beaucoup dans le social, qu’elle vient en aide aux nécessiteux, aux organisations de femmes et de jeunes, aux sportifs et aux mouvements culturels, se classant comme la première structure mécène au niveau national, c’est par là que les limiers de l’IGE tenteront de l’abattre en lui demandant des justifications. Ainsi, au cours d’une conférence de réhabilitation tenue par le conseil municipal de la CUN, le responsable des finances a réitéré la gestion saine  et collégiale de la commune, mettant au défi quiconque pourra relever une quelconque malversation dans les écritures. Ahmed Ould Hamza trouvera même bizarre qu’il lui soit reproché la mauvaise gestion d’un budget qu’il ne dresse pas.

Les témoignages semblent ainsi ne pas tarir sur la rectitude, l’honnêté et la probité d’Ahmed Ould Hamza, l’homme qui a changé la figure de la CUN. Déficitaire de quelques 400 Millions d’UM à son arrivée en 2007 à sa tête, avec un personnel pléthorique et pour la plupart inutile, des services gangrénés par la gabegie et la corruption, Ould Hamza a fait de la CUN un instrument de développement, un partenaire dans tous les forums communaux internationaux, avec un dépôt de 3 Milliards 500 Millions d’UM dans les comptes du Trésor Public, un bilan de réalisations appréciables malgré le refus des autorités de le laisser travailler durant son mandat.

Qu’importe ! L’IGE le somme aujourd’hui de rembourser la bagatelle de 350 Millions d’UM représentant tout ce que la CUN a dépensé en soutien à des actions humanitaires, caritatives ou de sponsoring. A défaut, Ahmed Ould Hamza serait menacé d’incarcération. Déjà, la Coordination de l’opposition démocratique (COD) et son parti, le RFD (Rassemblement des forces démocratiques) voient dans la cabale que lui dresse Mohamed Ould Abdel Aziz, le prix de son positionnement et de ses convictions politiques. Et cela, Ahmed Ould Hamza compte le payer jusqu’au bout, surtout si le chantage en est le moteur. D’ores et déjà, la bataille judiciaire semble avoir commencé avec la constitution d’un collectif d’avocats, dont des étrangers.

JOB

Source : authentique

 
free pokerfree poker
© 2011 Association des Maires de Mauritanie