Informed customers always save money by reading ipage hosting review and looking around for web hosting.

Qui est en ligne

Nous avons 27 invités en ligne

AMM/ Communiqué de presse

Imprimer
Samedi, 27 Juillet 2013 21:39

Communiqué de presse

L’Association des Maires de Mauritanie communique

La Décentralisation a été instituée en Mauritanie en vue de promouvoir des pouvoirs locaux aptes à répondre aux besoins cruciaux des citoyens et à être en permanence en phase avec l’évolution de leurs us et coutumes. Un arsenal juridique et règlementaire adéquat a été conçu à cet effet.

Force est de constater cependant que les orientations suivies dans ce cadre n’ont pas été à l’aune des espoirs suscités par cette option.

Il est de notoriété publique que, après quelques annonces non suivies d’effet, en début de cette exaltante expérience, les restrictions et autres actes d’inhibition se sont multipliés :

1)    le ministère autonome créé pour donner de la visibilité à la décentralisation et à en montrer un visage conforme aux motifs qui en sont à l’origine, est mort-né. Le rattachement de ses attributions au Ministère de l’Intérieur a paru, aux yeux de l’opinion nationale et internationale, comme une régression.

2)    l’effritement continu des prérogatives des maires et ses conséquences sur leur image et leur place dans la société a, lui aussi, été vu comme une volonté de réduire les communes à la paralysie et à les décrédibiliser auprès des populations.

C’est ainsi que :

a)     la gestion des gares routières et des places publiques, bien que celles-ci fassent partie du patrimoine communal, a été retirée aux maires et confiée par simple arrêté à l’autorité de régulation des transports routiers.

b)    La responsabilité de l’Etat civil ne fait, elle aussi, plus partie des compétences des maires.

D’autres mesures non moindres et confinant  à la vexation sont déplorées par les élus. Nous citons à titre d’exemple le rôle protocolaire frisant l’humiliation qui est réservé aux maires,  premiers magistrats de leurs cités, dans les cérémonies  et manifestations officielles.

L’AMM dénonce en particulier l’incrimination des dépenses votées par les organes délibérants, approuvées par la tutelle et exécutées dans les formes et suivant les procédures requises, bien qu’elles n’aient fait l’objet d’aucun rejet de la part des autorités de contrôle.

Elle voit dans cette manière de faire, synonyme de harcèlement à    l’endroit des maires, une négation de la décentralisation.

Compte tenu de ce qui précède, l’Association des maires de Mauritanie demande qu’une décentralisation effective et facilitant une gestion de proximité, se substitue à ce qui, actuellement, en tient lieu et qui risque, s’il perdure, de n’être purement et simplement qu’un gadget.

Elle réitère sa demande, à maintes reprises, formulée, pour que :

1)    Les ressources des communes s’accroissent de façon substantielle notamment à travers le FRD

2)    Le rétablissement des deux appuis financiers et leur augmentation significative dont bénéficiait l’AMM de la part de l’Etat par le biais d’une subvention budgétaire et d’une quote-part du FRD. Cette requête se justifie d’autant plus que l’AMM qui regroupe les 216 maires de Mauritanie a plus d’utilité pour le pays que les nombreuses structures non gouvernementales qui, elles, reçoivent annuellement des aides.

Elle souhaite surtout que, avant les prochaines élections, le Gouvernement procède à une redéfinition, claire et non sujette à diverses interprétations, des prérogatives des maires et des organes délibérants.

 

AMM

 
free pokerfree poker
© 2011 Association des Maires de Mauritanie